image_blog_challengeLA_COMMUNAUTE_DE_L_ANNEAU

Le Seigneur des Anneaux, La Communauté de l'Anneau

J. R. R. Tokien

1972

Fantastique

 

Synopsis : Cent-onzième anniversaire de Bilbon Sacquet. Tout le monde est convié, la Comté est en fête. Et puis le vieil Hobbit disparait. Il part pour un long voyage dont il ne sait s'il reviendra en laissant à son héritier, Frodon, sa maison et la plupart de ses biens... Dont l'Anneau. Ce qui paraissait n'être qu'un héritage se révéla être bientôt un véritable poison pour son nouveau possesseur doit quitter la Comté vers des horizons bien plus sombres. Un lourd fardeau s'abat sur lui ; il doit détruire l'Anneau maléfique, mais à quel prix ?

Je n'écris pas un Synopsis bien plus long, tout le monde connait déjà l'histoire générale du Seigneur des Anneaux et je risque d'en dire trop si j'écris un texte plus long.

 

Ce que j'en pense : Un "classique" de la littérature fantastique. On m'en a dit beaucoup de bien avant que je ne le commence et j'avoue ne pas avoir été déçu. Il y a quelques petits passages un peu longués, et les descriptions peuvent parfois paraitre rébarbatives. Cependant, on accroche facilement à l'histoire, on s'attache aux personnages, et moi qui ai vu le film avant de lire le bouquin je trouve que ça n'a pas gêné plus que ça. On regrette cependant la disparition de certains personnages dans le passage à la filmographie, parce que tous nous paraissent important lorsque l'on lit l'oeuvre originale. Quelque chose qui m'a gêné : les chansons. Dommage qu'il y en ai autant, parce que personnellement en tout cas je n'aime pas trop les poésies, et cela coupe trop le roman.

Je n'ai pas grand chose d'autre à dire. Je lis actuellement le deuxième tome à petits pas.


Extraits : 

"Nombreux sont ceux qui vivent et qui méritent la mort. Et certains qui meurent méritent la vie. Pouvez-vous la leur donner ? Alors, ne soyez pas trop prompt à dispenser la mort en jugement. Car même les très sages ne peuvent voir toutes les fins."

"Les Elfes donnent rarement un avis inconsidéré, car un avis est un don dangereux, même de sage à sage, et tous les partis peuvent mal tourner."

"Vaine ai-je appelé la victoire de la Dernière Alliance ? Pas entièrement, mais elle n'atteignit pas son but. Sauron fut diminué mais non détruit. Son Anneau était perdu, mais non défait. La Tour Sombre était démolie, mais les fondations n'en étaient pas effacées ; car elles avaient été faites par le pouvoir de l'Anneau et tant qu'il reste, elles demeurent."

"Du désespoir ou de la folie ? dit Gandalf. Pas du désespoir, car celui-ci n'appartient qu'à ceux qui voient la fin indubitable. Ce n'est pas notre cas. La sagesse est de reconnaitre la nécessité après avoir pesé toutes les autres solutions, bien que cela puisse paraitre de la folie à ceux qui s'accrochent à de faux espoirs. Eh bien, que la folie soit notre manteau, un voile devant les yeux de l'ennemi ! Car il est très sagace, et il pèse toutes choses avec précision dans la balance de sa malice. Mais la seule mesure qu'il connaisse est le désir, le désir du pouvoir, et c'est ainsi qu'il juge tous les coeursDans le sien n'entrera jamais la pensée que quiconque puisse refuser ce pouvoir, qu'ayant l'Anneau nous puissions chercher à le détruire."

"Mais ne méprisez pas les traditions qui viennent des années lointaines : il arrive souvent que les vieilles femmes gardent en mémoire des choses qu'il fut autrefois nécessaire aux sages de connaitre."


Conseillé à : tout le monde. Même les plus âgés peuvent lire ce bouquin d'aventure fantastique et il doit même se retrouver entre toutes les mains, rien que pour la culture générale.