les_bannis_et_les_proscrits_tome_1

Les Bannis et les Proscrits, Tome 1 : "Le Feu de la Sor’cière" (Original : Wit’ch Fire)

James CLEMENS

2006 en France

Fantasy

 

Synopsis : Elena était une fille de fermier tout à fait comme les autres et heureuse dans sa famille. Mais ça, c’était avant. Avant que sa main ne devienne étrangement rouge, avant cette nuit terrible pendant laquelle elle fut témoin de faits horribles. Et tout ça pour quoi ? Un secret s’est transmis de générations en générations dans sa famille, et c’est à elle d’accomplir le lourd destin qui pèse sur ses épaules. Heureusement, elle ne sera pas seule, car comme un aimant elle attire des compagnons biens étranges que tout oppose mais qui, pour autant, font preuve d’une fidélité sans faille.

 

Ce que j’en pense : J’ai beaucoup aimé le fait que tout soit présenté comme si l’auteur nous écrivait réellement. Cela instaure une sorte de dialogue entre le narrateur et le lecteur, un lien qui plonge directement ce dernier dans l’histoire qui est présentée comme un fait passé.

Cela m’a fait bizarre au début de voir que Clemens a modifié l’orthographe des races des différents personnages (og’re, el’phe…), mais il semble qu’il ait une prédilection particulière pour les apostrophes. On s’y fait rapidement.

Le changement de point de vue m’a également déstabilisé au début. Je m’étais habituée à Elena et Er’ril au début puis on passe à un tout autre univers, moins terre à terre. On se doute qu’il y a un lien et je ne vois pas comment l’auteur aurait pu faire autrement pour présenter correctement tous les personnages, mais peut-être qu’une rupture plus concrète entre deux aurait été mieux. De même, vers la fin, on ne sait plus trop de quel point de vu on est, on change juste de paragraphe, il n’y a pas de saut de ligne, il faut relire la phrase pour comprendre que l’on parle de quelqu’un d’autre. C’est dommage.

Cependant, je trouve que l’intrigue générale est bien menée, et c’est une histoire assez originale. Il y a cependant quelques ressemblances avec Tara Duncan… que l’on pardonne. Après tout, dans le milieu du fantasy, dur dur de publier un bouquin sans aucun point commun avec d’autres précédents.

Et pour finir, je trouve que la fin est bien construite, car elle permet de pouvoir attendre sans trop de peine la suite, elle ne s’arrête pas dans un gros suspens insoutenable, mais elle donne tout de même envie de lire la suite, ce qui est un très bon point je trouve.

On va me prêter la suite, j’ai hâte de lire !

 

Extraits :

« Consignés à l’encre noire sur un parchemin, les mots sont le paradis des insensés. En tant qu’écrivain, je suis bien placé pour le savoir. La prononciation change ; la signification évolue ; rien ne survit intact aux ravages du temps aveugle. 

Alors pourquoi suis-je en train d’écrire ceci ? Pourquoi me lancer dans cette folie ? Ce n’est pas la première fois que je raconte son histoire maudite. Ma plume l’a déjà évoquée maintes fois, sous maintes incarnations : virginale, drapée dans son honneur intact, ou maléfique, dénuée d’âme et de conscience. Je l’ai décrite comme une cabotine et une prophétesse, une fossoyeuse et un messie, une héroïne et une scélérate. En réalité, elle était toutes ces choses et elle n’en était qu’une. Elle était, tout simplement, une femme. »

« Comme je peux en attester, rien n’arrête la marche du temps. Le passé s’enfuit, et nous l’oublions ; le futur vient à notre rencontre, et nous le rêvons. Tôt ou tard, toutes les questions reçoivent une réponse. »

« Elena baissa la tête. En l’espace d’une journée, tout ce en quoi elle avait jamais cru lui avait été brutalement arraché. Le sol sur lequel elle marchait s’était changé en marécage. Rien ne lui semblait plus réel. Même Joach et Brume, qui se tenaient tout près d’elle, lui paraissaient aussi dénués de substance que des fantômes – comme s’ils risquaient à tout instant de se changer en poussière que le vent emporterait, la laissant seule parmi les arbres. »

 

Conseillé à : tous les fans de fantasy. Si vous aimez La quête d’Ewilan ou Tara Duncan, cette saga est faite pour être dans vos mains. Ca se lit assez facilement et ce n’est pas une lecture d’adulte. C’est de la bonne fantasy pour ado’ en somme, d’après moi.